Cercle du tissage «autodéterminé»:

Annelie Kunst, Cília van de Wende, Gerda van der Greft, Hannie Bulsink, Mariet Quist, Rieneke van der Plicht et Tiny Wentink sont toutes originaires de la région.

Lorsque vous dites à vos amis et connaissances que vous tissez, les gens pensent rapidement aux chaussettes et sandales en laine. Personne ne se rend compte que nous entrons tous en contact avec, des matériaux tissés, utilisons-les et portons-les tous les jours.
Le tissage à la main existe depuis que l’humanité s’habille de vêtements et est toujours pratiqué de nombreuses façons à travers le monde comme un bel artisanat.
Il y a beaucoup plus d’options sur le métier à tisser moderne que les textiles ménagers, les rideaux, les taies d’oreiller et les vêtements en laine, soie et coton, aussi beaux soient-ils.
Si nous utilisons du fil de cuivre, du fil d’acier inoxydable, du plastique, des brindilles de saule ou du caoutchouc, combinés avec différentes techniques et notre fantaisie, nous obtenons des résultats extraordinaires, pensez aux objets, aux tentures murales, aux sacs et aux bijoux.

Tout cela, inspiré par le thème «joliment décoré», le cercle du tissage «auto-déterminée» veut montrer lors en l’exposition à Kerkje De Rietstap à Dinxperlo.

Nous nous réjouissons de votre arrivée!


Annelie  Kunst – Au cours de ma vie, j’ai participé à divers ateliers créatifs, cours et formations à l’AKI d’Enschede.
Mes domaines de travail sont la sculpture, la peinture et l’art textile.
Le tissage est actuellement mon truc préféré, et travailler sur un sujet particulier m’inspire encore et encore.
“Fraai getooid = magnifiquement décoré” m’a invité à tisser principalement des foulards.


Cilia van der Wende – Je veux me présenter:
Je m’appelle Cilia et j’habite à Ulft. J’ai tissé avec plaisir depuis plus de 40 ans.
Habituellement je fabrique des textiles utilisateur, tels que des chemins de table, des foulards, des torchons, des sacs et des vêtements.
Récemment, mon mari et moi avons réalisé des projets communs. Rob peint et je tisse, comme vous pouvez le voir sur le portrait de la reine égyptienne Néfertiti.
Je suis maintenant inspiré par l’art égyptien pour tisser un linceul, car quand je suis enterré, je veux naturellement être “magnifiquement orné”.


Gerda van der Greft – Parce que vous entrez en contact avec des matériaux tissés toujours et partout je suis devenu curieux de la technique du tissage. C’est pourquoi j’ai commencé à prendre des cours de tissage en 2008.
Tout d’abord, j’ai pensé que je ferais cela jusqu’à ce que je comprenne un peu la technique de tissage et que je n’avais aucune intention de faire autre chose. Mais je continue de tisser toujours et toujours je veux essayer à nouveau quelque chose de différent. Je préfère produir quelque chose qui n’est pas si évident et qui donne donc un beau défi. Cette fois, le thème de notre cercle de tissage ” Orné magnifiquement” était un concept large avec de nombreuses possibilités.


Hannie Bulsink – Le tissage est mon passe-temps depuis des années. Au lycée populaire de Bergen, en 1966, je me suis familiarisé avec les métiers à tisser et les cours de tissage.
Après  retour à Achterhoek, j’ai pris des cours de Hennie Willems à Doetinchem. Les étudiants de cette époque forment le début du cercle de tissage Eigengereid
J’aime travailler avec du matériel disponible sur notre ferme. J’ai déjà travaillé avec de la laine de mouton, du crin et même des couverts anciens.
Dans la maison, il y a un métier à table à huit arbres et un plus grand métier à tisser debout où vous pouvez tisser jusqu’à un mètre de large.
 
Le sac est tissé à partir d’un filet utilisé pour s’étendre sur les fraisiers du jardin potager. Le fil noir est de la laine.
La doublure et les boutons proviennent d’une robe qui appartenait à ma grand-mère
Gants de travail.
Le tissu existant des gants de travail a été remplacé par du tissu auto-tissé. Le tissu est en coton.


Mariet Quist – In addition to my work as a teacher in fashion, I started weaving 9 years ago. For me it is a great addition to sew and even to weave my own fabrics as well. I like to weave with a purpose, that can be scarves, rugs but also curtains. Moreover, I like to weave fabrics to make clothing, e.g. a jacket or vest.
Playing with colors is very inspiring. Colors change as soon as they are used in a fabric in combination with other colors. As soon as the fabric is ready, washing follows, which makes structures clear and gives the fabric a different appearance from that one on the loom during the weaving process. The end result is always exciting.
Working with different yarns and colors remains challenging!


Rieneke van der Plicht- van Manen – Grâce à ma formation de jardinier et paysagiste, j’ai un sens des proportions, des rythmes et des formes.
La combinaison sobre de matériaux divers et très différents est importante pour mon tissage. De plus, chacun de ces matériaux doit contribuer au résultat global.
Un pivotement vers les designs textiles et les formes de matériaux autres que les textiles élargit les possibilités et mon intérêt pour les différents matériaux et leur application. Des contrastes passionnants apparaissent.


Tiny Wentink Brugman – Je tisse depuis longtemps, mais les dernières années, je tisse principalement avec du matériel utilisé. Cela peut être n’importe quoi, des zestes d’oranges, de ruban de cuivre, de corde, de bandes coupées de vieux vêtements, etc.
Ensuite, j’en fais des tentures murales ou des sacs et des oreillers.
Parfois, les plus belles créations ont une nouvelle vie.
C’est un grand défi pour moi, je l’apprécie beaucoup et j’espère faire ça très longtemps.